Parc de Beaulieu – les Grottes

À partir de août, TOPOPHONIK s’est rendu au Parc de Beaulieu, pour s’arrêter devant la Buvette du Collectif Beaulieu pendant deux semaines et profiter du soleil (de la pluie), des sirops de la buvette.

TOPOPHONIK à Beaulieu, c’était l’occasion d’organiser des concerts avec les griots burkinabés de Anytié, le rebetiko de Ataxía, siroter des boissons fraîches pendant un après-midi frais en écoutant de la sélection de Rumba Congolaise de Petit Bizet (le disquaire du magasin Brazzaville Records aux Grottes) et se balancer aux rythmes des transes Gnawa!

Samedi 31 juillet

Si vous avez écouté la première interview du podcast TOPOPHONIK avec Jo Sangaré, vous vous souvenez peut-être qu’il nous parle d’un griot burkinabé qui vit à Genève et qui joue tellement bien que “vous allez en tomber par terre ». Il s’agit de Madou Goni, qui joue un luth n’goni qu’il a construit lui même, un instrument que seuls les griots sont autorisés à jouer. À ses côtés, le percussionniste d’exception Seydou Sanou ainsi que le balafoniste Aboubakar Konaté. Les trois forment l’ensemble Anityé, qui nous offre un spectacle très vivant de musique, de chants traditionnels du Burkina Faso.
À partir d’un répertoire basé sur l’art des griots mandingues, leur programme fait alterner des compositions propres et des rythmes et chants populaires de leur pays. Anityé reflète ainsi avec dynamisme l’esprit de fête qui anime les mariages, les baptêmes et tous les événements de la vie sociale du Burkina Faso.

Les griots sont une « caste » qui est présente dans les pays de l’ancien empire mandingue. Ils ont une tradition de famille de conteur et de musiciens et ils sont appelés pour jouer aux mariages, baptêmes, enterrements, etc. Leur rôle social est justement de raconter les histoires, ils sont une sorte de « bibliothèque vivante » (pour reprendre les mots de Jo) car ils connaissent l’histoire des gens et les racontent.

Nous avons donc inauguré la présence de TOPOPHONIK au Parc de Beaulieu avec un concert de Anityé.

Pour l’occasion, nous avons aussi interviewé Madou dans le PHONOMATON avant le concert :

Madou Goni, le « griot » de Anytié (qui signifie « merci beaucoup » en dioula) et joueur de luth n’goni, nous laisse un témoignage en parlant d’une des archives du Burkina Faso que nous lui avons présenté.

Il nous raconte son parcours et comment il est arrivé à Genève et nous parle du phonogramme Luth n’goni à résonnateur ; voix d’homme. Bamana Souma Sanogo. Bouaké, Côte d’Ivoire, 1978. Enregistrement: Bernard Mondet. Le joueur de n’goni, selon Madou, joue à l’ancienne, ne s’accorde pas et ça lui rappelle la musique de ses grand pères.

Mamadou Goni se présente et commente le jeu du luth d’un phonogramme des AIMP enregistré au Burkina Faso. Phonogramme : Luth n’goni à résonnateur ; voix d’homme. Bamana Souma Sanogo. Bouaké, Côte d’Ivoire, 1978. Enregistrement: Bernard Mondet. 

Pour la première journée, nous avons aussi eu la visite d’une équipe de rappeurs engagés qui ont partagé avec nous un peu de leur « flow » de paroles. Nous avons eu droit en particulier à des freestyles (improvisations chantées libre sur une base sonore typique du rap), de Ariel et de Simeflux, rappeur de la rive droite, représente! Enfin un peu de RAP genevois pris sur le vif!

Ariel freestyle, Genève et génération 2000 représente
Simeflux – freestyle

Alhagie aka « Mouss » est aussi venu nous raconter ce qu’il aime dans sa vie quotidienne, qu’il veut devenir agriculteur et qu’il aime la musique de son pays, la Gambie, ainsi que le rap. Mouss va d’ailleurs nous accompagner pendant toutes les journées à la buvette de Beaulieu car il aime bien passer du temps au parc, au milieu des potagers et avec les gens de la buvette (il est timide mais aime bien parler aux gens).

Mouss nous raconte ce qu’il aime et ce que la musique représente pour lui
Enfin, Esrom, 2 ans, nous chante « Meunier, tu dors », qu’il a appris à la crêche!

Jeudi 5 août

Au programme de ce jeudi, le concert de Ataxía, un groupe hispano-grec, habitué de la scène genevoise, qui a amené à Beaulieu les sonorités du Rebetiko.

Si vous vous demandez ce que signifie « Rebetiko », écoutez le podcast « Paris, entre la Grèce et la Suisse », ou Paris raconte un peu de l’histoire de cette musique de révolte nées dans les bas fonds du port d’Athènes et parmi les communautés de Grecs chassés d’Anatolie au début du XX siècle.

Yasmine Briki, maraîchère, chanteuse, Les Grottes, Genève commente et raconte ses souvenirs liés à l’archive musicale : Danse à El-Goléa / s.n. (cris ; tambours).- Algérie ; Berbère, Archives Internationales de Musique Populaire, Genève. Collectage : Jean Gabus, 1948.
Et avant le concert, nous avons le droit à une impro de Mouss, le boss de la mafia
En pleine création…
…Mouss, très inspiré, a improvisé une autre chanson « le coronavirus nous a tous détruits »
…et Simon, 6 ans, par contre est inspiré par un autre chant, « l’histoire du cavalier ».

Vendredi 6 août

Comme dans les autres quartiers, nous avons travaillé en collaboration avec la maison de quartier pour proposer aux enfants des petits ateliers découvertes des archives et de construction d’instruments. Aux grottes, la maison de quartier est aussi un peu itinérante et se déplace dans pleins d’endroit sur des roulettes, un peu comme TOPOPHONIK. Mais une des bases de pré-en-bulle est « la buissonnière » un espace de jeu et de rencontre juste derrière la buvette, ou les enfants du centre aéré sont passés tout l’été. Pendant un après-midi, nous avons fait avec les enfants du centre aéré des blind tests, construits des petites maracas, écrit des textes de chansons à chanter en direct dans le PHONOMATON, ou encore apprendre à jouer avec deux cuillers avec Sébastien!

Voici un extrait des enregistrements réalisés, si vous voulez tous les écouter, Cliquer ici:

pré-en-bulles, c’est pas pour les nuls! La Buissonnière, c’est trop super et TOPOPHONIK C’EST MAGIK!
Sebastien du centre aéré fait un solo de cuillers et explique ou il a appris à faire jouer deux cuillers en rythme!
RADIO BEAULIEU! avec Samuel, Lana et Emma!
Esrom et Mathieu chantent « bon anniversaire » en Ethiopien et ensuite font un concert de cuillers 🙂
Nadia et Gaweii chantent en chinois
Samuel et sa relation avec la musique

tous les autres enregistrements réalisés avec Pré-en-Bulles sont retrouvables sur cette page

Mercredi 10 août

Mercredi, la buvette du parc Beaulieu a bougé au rythme de la rumba congolaise ! Merci a Petit Bizet de Brazzaville Records, magasin de disque des grottes spécialisé en Rumba Congolaise.

Venez découvrir son magasin/studio Rue de la Fauscille, juste derrière la gare !

Karl Mayala Bizet, le disquaire de Brazzaville Records aux Grottes (rue de la faucille 9) qui pose les disques, nous laisse aussi un témoignage dans le PHONOMATON!

Allez lui rendre visite dans son magasin – centre culturel au centre des Grottes!

Karl Mayala alias Petit Bizet, disquaire de Brazzaville Record commente une archives sonores des AIMP dans le phonomaton avant de commencer son set. Il parle de la chanson Guitare jouée par Katembo Albini. Interprètes : Katembo Albini et Idiophone – Gabriel Mulekya Percussion [Engeregesse] – Jean Kilukiro, Zaïre, entre les lacs et la forêt – Musique Des Nandes, VDE-Gallo, Archives Internationales De Musique Populaire ‎– AIMP XXIII, Republique Démocratique du Congo – ex-Zaïre, Suisse, 1991.
André Fischer, Instituteur à la retraite parle d’une chanson pour enfants enregistrée en 1946 à Genève et qui fait partie des archives sonores du MEG: Qu’on est bien dans les bois (farandole), Interprètes : Fillettes de l’Ecole du Mail, Constantin Brailoiu, AIMP, Enquête sur le folklore régional / Genève, Ecole du Mail, 1946
…toujours André Fischer, qui aime tellement chanter et qui nous offre une petite chanson « mon oncle Rodolphe ».
Michael Phoenix, Irlandais du Nord ayant vécu à Genève plusieurs années parle d’un Reel irlandais et d’une certaine forme de nostalgie qui apparaît inévitablement en écoutant cette musique. Archive sonore : Reel Dance I, Constantin Brailoiu: The World Collection of Folk Music, Recorded Between 1913 and 1953, Vol. 4: Western, Northern and Central Europe & Eskimos. VDE-Gallo – AIMP LXXXVIII, 2009.

Le luthier sauvage Krapitaine Cochet s’est aussi pris en phono dans le PHONOMATON

Il nous présente son arsenal d’instruments fait maison : un saxotuba, un ney, un baton de sky et pleins d’autres belles choses. Il explique aussi le fonctionnement de la technique pour jouer du Nay, un instrument à vent d’origine persane qui demande une technique « interdentale » (on doit caler l’embouchure de l’instrument entre les dents). Ils nous parle aussi de comment il a commencé à jouer du Nay et ensuite à construire ses propres instruments.

Le Krapitaine Cochet, animateur-ambianceur et luthier sauvage, nous parle d’une musique jouée avec le Ney, il nous parle de la technique de jeu et présente aussi ses instruments et son travail de luthier sauvage, qui fait jouer des batons de ski et des tuba pour nager.

Jeudi 12 août

Théo, qui fait partie de l’équipe d’animation TOPOPHONIK explique en quoi consiste l’exposition!
Véronique et la musique
Théophile, très inspiré (et peut-être un peu ennuyé car il fait chaud et il n’y a pas grand monde en début d’après-midi), fait un petit freestyle

Vendredi 13 août

Marcel et le groupe de cor des Alpes passaient par là et nous ont laissé un souvenir sonore…

Un petit concert du groupe de cor des Alpes qui passait par le parc en ce vendredi après-midi
Marcel (sur la photo à droite) nous parle d’une chanson jouée au cor des Alpes qu’il a repérée dans les archives sonores : Alpsegen (bénédiction de l’Alpage), Cor des Alpes.- [Conrad Beck] Suisse, Schwyz, s.d., Collection Universelle de Musique Populaire. Archives Constantin Brailoiu (1951 – 1958). Seconde réédition augmentée. MEG-AIMP et VDE-Gallo, 2009.

Samedi 14 août

Samedi, le dernier jour de TOPOPHONIK à la Buvette de Beaulieu, c’était la grande fête Gnawa avec Anouar Baouna et son groupe, qui ont ramené du couscous pour tout le monde!

Mais avant le concert, Pauline nous a laissé un précieux témoignages sur une chanson bretonne à la gloire de la sainte patronne des bretons : Sainte-Anne d’Auray.

Pauline, écrivaine, nous parle d’une chanson Bretonne à la gloire de Sainte-Anne d’Aurai, la patronne de tous les bretons. Qui protège les marins. Elle raconte de son pèlerinage au sanctuaire de Sainte-Anne d’Auray. Archive commentée:  La rapsodie foraine, Interprètes : André Maurice et Gérard Pondaven (orgue) Anthologie du Patrimoine phonographique Breton 1925-1960, Enregistrements d’Hermann Wolf, Frémeaux et associés, 2017.

le concert a été un grand succès, remplissant le parc Beaulieu de sonorité Gnawas! Pour les non initiés, la musique « gnawa » (ou gnaoua) est une musique beaucoup jouée au Maroc, en Tunisie et en Algérie, liée à une tradition musicale et mystique amenée par des descendants d’esclaves subsaharien qui se sont réunis en confréries musulmanes et mystiques. La musique gnawa est généralement très liée à la transe et les instruments principaux sont le guembri (un luth qui peut ressembler beaucoup au luth n’goni joué au Burkina Faso) et les krakeb (une sorte de castagnette en métal).

Descendant d’une famille Gnawa, Anouar Ait Baouna est un jeune musicien traditionnel perpétuant les traditions artistiques de ses ancêtres, tout en étant ancré dans un monde moderne et connecté.
Générosité, énergie, liberté, tous les ingrédients étaient réunis pour profiter d’un concert riche en émotions, qui a permit un voyage au cœur de la tradition Ganwa, ses chants de transe et thérapeutiques et ses énergies.
Anouar avait déjà réalisé un concert avec son ensemble Aikya en collaboration avec TOPOPHONIK à Carouge et Ali Boushaki, aux percussions, fait partie de l‘équipe de Intergalactic qui nous a accompagné à l’ABARC (Vernier).

Merci Beaulieu! C’était PHONtastique!

Join the discussion

Further reading

La Jonction

Du 17 au 30 juillet l’exposition itinérante de Topophonik s’est installé à la Jonction ! Notre premier arrêt a été La Pointe de La...

Carouge

Le 5 Juillet nous nous sommes déplacés jusqu’au quartier du Val-d’Arve à la ville de Carouge, concrètement aux Auréa ! Pendant deux...

Le Lignon

Du 30 juin au 3 juillet, l’exposition itinérante TOPOPHONIK s’est déployée dans le magnifique quartier du Lignon. Le Lignon, une « cité...

TOPOPHONIK